Nota Bene

 

  • EN HERBES

Décembre 2010 : participation au 1er numéro de la petite revue en ligne intitulée "En Herbes, journal de campagne", à l'initiative du photographe et auteur Xavier Lauprêtre :

 

http://xapencampagne.canalblog.com/archives/2010/12/02/19765226.html?ref=nf

 

 

 

 

  • ACSAF

 

Exposition 'Selfportraits' du 28 septembre au 15 octobre 2009, organisée par Cesare Bossi.

Visite en ligne : http://www.acsaf.it/archiviomostre/musette/musette-e.html

 

 

N.B. : le 25 février 2009, trois de mes photos ont été rattachées à la galerie collective de l'ACSAF (Archivio Contemporaneo Stampa d'Arte Fotografica), association culturelle florentine spécialisée dans la tirage et la diffusion de photographies d'art...

 

Le site de l'ACSAF : http://www.acsaf.it/english/home.html

 

(28/09/09)

 

 

 

 

  • En réponse à R2 m'incitant à conscientiser ma pratique de l'autoportrait photographique, et à tenter l'élaboration d'un sens à ma démarche... je livre une petite réflexion que le temps m'aidera peut-être à développer, à modifier...

 

Ma démarche n'est pas réductible à la seule intention de plaire ou de faire écho troublant chez le visiteur, car j'appréhende avant tout l'autoportrait comme suit :

 

- l'acceptation d'un espace de silence et de doutes, dans le creux d'une radicale solitude

- la trace d'un alter ego réfractée par une petite mythologie pétrie de rêves, d'attentes, d'incompréhensions...

- l'interrogation d'une sensibilité qui encombre, d'une féminité qui peine à s'assumer

- une réponse potentiellement déroutante aux questionnements sur soi

- une attitude à la fois sérieuse et récréative, sage et fantasmatique

 

Et pourquoi cela ?

Pour « traquer » le vivant paradoxe de l'Autre (ou de la « multitude ») en soi, et la sortir quelques secondes du carcan incarné, pour voir, par curiosité, pour donner libre cours au petit grain dans la caboche...

 

Etrange démarche que celle-ci ?

Peut-être pas plus que celle qui porte à la rédaction et la publication de journaux intimes, de mémoires, de blogs...

Le plus étrange n'est-il pas de composer avec cette absence de regard humain derrière le déclencheur, de s'en remettre au seul mécanisme optique, à une part grisante d'aveuglette, et d'éprouver ainsi sa propre patience par de multiples essais ?

 

Quant aux retouches consécutives à la prise de vue ?

J'aime travailler en couches multiples (par filtres superposés), brouiller ainsi les lignes et les pistes pour imposer une distance malgré l'intimité dévoilée... et laisser une place à la fiction qui sera nourrie par le regard même du visiteur. Ce dernier sera-t-il séduit ? interloqué ? que va-t-il s'imaginer ?

Au petit théâtre des apparences et de l'introspection, qui vous dit que ces « choses muettes » sont le reflet fidèle de ma réalité quotidienne ?

...

Derrida parlant des autoportraits de Van Gogh :

« En fait, ce que l'on voit sur ces séries n'est que la trace de la disparition continue du sujet ; ce qui est montré c'est la façon par laquelle il se donne en se soustrayant, en prenant la fuite. »

 

 

Musette

(18/05/09)